Présentation la conférence d’Histoire du 20 Novembre, avec Mathieu Mercier

Un sujet de curiosité au temps du romantisme : Henri III et ses mauvaises réputations

Roi de France de 1574 à 1589, Henri III devient, à partir de 1829 et du succès de la première pièce romantique d’Alexandre Dumas, Henri III et sa cour, un objet de curiosité. Les représentations artistiques se succèdent tout au long du XIX siècle grâce à des peintres (Delacroix, Delaroche, Bonington et les peintres historicistes français, polonais ou italiens), des littérateurs (Stendhal, Verlaine, Huysmans, Proust, Paul Fort …) des compositeurs (Chabrier, Meyerbeer, Reynaldo Hahn …) ou même les premiers cinéastes (Les frères Lumière, Calmette…) qui élaborent leurs créations autour des événements d’un règne perçu comme étrange, fascinant ou exotique. Henri III suscite alors chez les spectateurs des salons ou des opéras un intérêt croissant : jugés pervers, voire pervertis puis invertis, faibles, soumis, violents, puérils, fantasques, dépensiers et incompétents, le souverain et son entourage offrent ainsi un catalogue exhaustif des défauts et des errements du mauvais gouvernement. Cette curiosité des créateurs et de leurs publics engendre également une production industrielle conséquente d’objets de collection, du plat d’étain à la chromolithographie publicitaire, de l’éventail au bas-relief en plâtre, du portrait photographique en costume à la gravure pornographique.

Mathieu Mercier, professeur d’histoire dans le secondaire et chargé de cours à l’université de Valencienne, il rédige actuellement une thèse d’histoire sous la direction de Monsieur Denis Crouzet (Paris IV-Sorbonne) sur l’image d’Henri III et de son règne de 1589 à 1940 chez les historiens, les mémorialistes, les romanciers, les auteurs dramatiques et les artistes. Il est également commissaire de l’exposition “Fêtes et crimes à la Renaissance: la cour d’Henri III” présentée au château royal de Blois de mai à août 2010.

Pour aller plus loin,

Acte de Naissance

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de l’association l’être lieu dont l’objectif est d’inventer, avec des étudiants des classes préparatoires, un centre culturel pluridisciplinaire dans les anciens ateliers électrotechniques du lycée Carnot d’Arras actuellement en réhabilitation.

L’inauguration de cet espace est programmée pour la fin du mois de novembre 2012 sur le thème de la «curiosité ».

Vous trouverez en pièce-jointe un bulletin d’adhésion qui vous permet de soutenir le projet de l’association et d’être informé de sa programmation culturelle

(Expositions, résidences d’artistes, conférences, danse, théâtre, etc)

Au plaisir de vous accueillir prochainement

L’association l’être lieu

Association l’être lieu
25 Boulevard Carnot
62000 Arras
etrelieu@hotmail.fr